Ma sœur

Ah, mais n'allez pas croire que ma sœur ne possède que des machins ésotériques, ou des trucs de babas comme tout Castaneda, par exemple (elle les possède aussi), dans sa bibliothèque ! Deux livres ont rejailli, comme ça, de ma mémoire. J'en ai lu un. L'autre, il faudra bien que je le lui emprunte, depuis le temps que je le vois dans sa bibliothèque et que je tourne autour. Où alors, il faudra que je m'incruste chez elle, le temps de le lire, ce qui me dispensera de songer à le lui rendre lorsque je l'aurai fini. Qu'on se rassure, je lis relativement vite et je ne serai pas un poids longtemps pour elle. Et puis, elle n'est pas si cool : une soupe au lait...
Le premier, lu avec grand intérêt est un livre de Godfrey Hodgson : Carpetbaggers et Ku-Klux-Klan paru chez Julliard. L'autre est de Rap Brown : Crève, sale nègre crève, chez Grasset. Tous deux furent publiés dans les années soixante.
Bigre ! Ma sœur a donc eu une période "conscientisée" et s'était mise à lire des choses en rapport avec la condition des noirs aux États-Unis. Mais au lieu de la bête autobiographie d'Angela Davis, elle se payait le luxe de lire des textes nettement plus énervés et des essais historiques pointus. En fait, nombre de livres de sa bibliothèque ont été lus par mes soins lorsque j'étais nettement plus jeune. Je me rappelle avoir lu chez elle pour la première fois Crime et Châtiment (dans l'édition du Livre de Poche), Le Tremblement de Terre du Chili de Kleist dans l'édition de La Pléiade (Romantiques Allemands - tome 1 - je l'ai dans ma bibliothèque aussi, maintenant) - curieusement, je fis l'impasse pendant de longues années sur la Marquise d'O jusqu'à ce que mon visionnage du film de Rohmer m'y pousse enfin.... - et puis Walt Whitman, et bien d'autres textes. On reviendra sur quelques lectures de chez elle, un de ces jours.
Tout cela pour vous confirmer une chose que vous savez déjà tous : notre bibliothèque nous révèle presque infailliblement, d'autant que ma sœur - toute révérence gardée - eut pu être Tenancière, car elle travailla également en librairie, autant dire une sorte d'éponge sensible à l'air du temps. Comme l'érosion n'a pas eu prise sur sa bibliothèque, beaucoup de strates sont encore visibles dont celle qui contient le Rap Brown et le livre sur les carpetbaggers. On le sait déjà, c'est une créature tout droit sortie des années 60 et l'ère Jurassique de sa bibliothèque conserve encore quelques beaux specimen de fossiles. Mais son ère quaternaire est également riche quoique plus papillonnant, plus poétique et parfois nettement plus "mainstream"... comme ce livre sur les bandits célèbres.
Sur ce livre-là, Kipling aurait dit : "mais ceci est une autre histoire". Je me contente de vous renvoyer au prochain billet sur ma sœur...

17 commentaires:

  1. — Pourquoi les bouquinistes-chamanes sont-ils pauvres ?
    — Car l'occase… t'as nada !

    RépondreSupprimer
  2. Le Mystère, ce n'est pas la sœur tout de même ?
    Sacrée planche à billets cette sœur...
    ArD

    RépondreSupprimer
  3. Très joli, ArD, même si le Tenancier ne nous a guère entretenu de sa plastique…

    RépondreSupprimer
  4. La vôtre, nous la connaissons, cher Tenancier...
    Ces petites BD si ressemblantes...

    Quant à vous, George, n'avez vous pas honte de changer aussi régulièrement de patronyme ?

    En tous cas, je vois que vous êtes de ceux qui ne font pas de fumée sans herbe, mauvaise graine que vous êtes !

    Mais, pour le reste, qu'est-ce qui vous pousse à affirmer que le Mystère m'aime ? (ou même, allez savoir...)

    Otto Naumme

    RépondreSupprimer
  5. ... Pace que, Otto, il n'y a aucune raison que le Tenancier ait droit à des déclarations d'amour (de Cls) et pas vous, non mais!

    Il est drôle ce blog, il est pétri de contreparties.

    ArD

    RépondreSupprimer
  6. J'agrée avec vous, chère ArD. Heureusement que le Mystérieux Expéditeur est là, car en dehors de lui, personne ne m'aime sur ce blog, je le sens bien... Surtout le Tenancier, d'ailleurs. Snif.

    Et je me désole d'être toujours aussi peu capable de décrypter la moindre contrepèterie (ou contrepartie, allez savoir...).

    Otto Naumme

    RépondreSupprimer
  7. Herbe ou pas, du diable si vous pouviez y comprendre quoi que ce soit en cherchant de ce côté-là !
    Non, il fallait faire attention à la signature du commentaire

    RépondreSupprimer
  8. Mister Moto, mais ils ne sont pas cultivés, mon cher Fulguros

    RépondreSupprimer
  9. Pauvre Peter Lorre…
    Mais vous pouvez continuer à m'appeler George, savez-vous : c'est juste que cette image de crochet ne me paraît guère adaptée à ce lieu.
    Et puis j'aime bien le dessin de Brantonne, avec ce personnage qui semble surpris par son propre nom.

    RépondreSupprimer
  10. Savez-vous que le grand Peter joua Le Chiffre dans une version télévisée de Casino Royale en fait le premier James Bond avoir jamais été tourné ?

    RépondreSupprimer
  11. Hé non : moi non plus, je ne suis guère cultivé !
    Dommage qu'il n'ait pas plus réalisé : L'homme perdu (Der Verlorene), son unique réalisation, est une merveille.
    Au fait, désolé d'avoir confondu hier les planches à billets avec les planches à pain…

    RépondreSupprimer
  12. Eh oui, cher Fulguros, mais je manque sérieusement de fulgurance, si j'ose dire...
    Et le Tenancier a raison (pour une fois, et il faut bien lui faire plaisir...), nous ne sommes pas cultivés. Je connaissais l'homme à la moto mais pas Mister Moto.
    Et je serais intéressé à voir L'homme perdu. Peut-être le Tenancier pourra-t-il me le faire voir lors (ou Lorre ???) de mon prochain passage parisien ???

    Otto Naumme

    RépondreSupprimer
  13. Votre esprit me semble pourtant particulièrement affûté : L'homme à lames : Otto, chantait justement avec raison la môme.
    Le Lorre, je l'avais vu au ciné-club de P. Brion dans les années 80; j'ignore s'il est disponible.

    RépondreSupprimer
  14. En tous cas, si quelqu'un l'a, nous courrons le voir, ce sera bien sûr la ruée vers Lorre.

    Otto Naumme

    RépondreSupprimer

Les propos et opinions demeurent la propriété des personnes ayant rédigé les commentaires ainsi que les billets. Le Tenancier de ce blog ne saurait les réutiliser sans la permission de ces dites personnes. Les commentaires sont modérés a posteriori, cela signifie que le Tenancier se réserve la possibilité de supprimer des propos qui seraient hors des sujets de ce blog, ou ayant un contenu contraire à l'éthique ou à la "netiquette". Enfin, le Tenancier, après toutes ces raisons, ne peut que se montrer solidaire des propos qu'il a publiés. C'est bien fait pour lui.
Ah oui, au fait... Le Tenancier ne répondra plus aux commentaires anonymes. Prenez au moins un pseudo.

Donc, pensez à signer vos commentaires, merci !