Nos 10/18 (1ere partie)

A l'occasion de la parution du billet de George Weaver, j'avais suggéré la chose suivante dans les commentaires : "Il ne me reste donc plus qu'à faire un appel vibrant aux lecteurs de ce blog pour les convier à un petit jeu : Rassemblez tous vos 10/18, sélectionnez-en (pas plus de 10) et expédiez-m'en les scans de couverture, histoire de faire une sorte de panégyrique de la collection !
Qui commence ?"

Eh bien, c'est Dominique Hasselmann, tenancier du blog Le Chasse Clou qui s'y colle le premier d'enthousiasme.

Simone Weil - "La pesanteur et la grâce"
n° 2, achevé d'imprimer AI le 23 décembre 1963.

Michel Butor - "La Modification"
n° 53/54, AI le 30 mars 1963.

Marguerite Duras - "Moderato Cantabile"
n° 64, AI le 4 juin 1963.

Claude Simon - "La Route des Flandres"
n° 91/92, AI le premier trimestre 1963.

André Breton - "Arcane 17"
n° 250, AI le 20 mai 1965.

Simon Leys - "Ombres chinoises"
n° 900, AI le 24 mars 1975.

Bernard Noël - "Extraits du corps"
n° 1067, AI le 1er juin 1976.

Bernard Noël - "Le château de Cène"
n° 1126, AI le 22 février 1977.

Chet Baker - "Comme si j'avais des ailes"
n° 3358, Dépôt légal septembre 2001.

Bret Easton Ellis - "American Psycho"
n° 3773, AI avril 2005.

25 commentaires:

  1. Grand merci au "vrai" Tenancier de publier ces couvertures, choisies au hasard parmi d'autres, images de quelques-uns de ces 10 x 18 qui trimballent toujours avec eux leur lot de souvenirs et d'émerveillements.

    RépondreSupprimer
  2. Comme je suis heureux de voir affiché tout ça !

    Aussi, le "vrai" Taulier remercie du fond du coeur, et du fond de son cabinet - de travail, s'entend - le "vrai" Tenancier comme le "faux" Tenancier.

    (Dites, ô "vrai" Tenancier, pensez-vous qu'un jour ou l'autre, en vos colonnes, quelqu'un osera se mouiller pour ces chères Bibliothèque Rose et Bibliothèque Verte ?)

    RépondreSupprimer
  3. Ah, les 10/18... Je n'en ai malheureusement que fort peu (beaucoup taillé dans ma bibliothèque dernièrement) et pas encore remis mon scanner en route. J'essayerai de voir à contribuer un de ces quatre...
    En tous cas, l'évolution des couvertures est intéressante. De cette abomifreuse habitude de mettre un deux points après le nom de l'auteur aux plus récentes, plus "modernes" dans leur esprit mais faisant montre d'une bien moins forte "identité de marque" que la période intermédiaire (on parle du nom du DA qui a créé cette maquette dans d'autres commentaires, ce me semble).
    Bref, à se demander si l'on attache aujourd'hui autant d'importance à la "marque" (10/18, Fleuve Noir Anticipation, NRF...) qu'à une époque. En 1975, on repérait un 10/18 du premier coup d'oeil. Celui de 2005, il faut bien regarder pour s'en apercevoir. Peut-être les dos ont-ils conservé une plus forte identité, cela mériterait également qu'on s'y intéresse.

    Otto Naumme (le "vrai", le seul, l'unique, bien sûr)

    RépondreSupprimer
  4. Surréalisme, Nouveau Roman, Jazz... on sent que notre cher Dominique n'a certes pas appris à lire dans la collection mais qu'il en a fait un compagnonnage attentif et suivi.
    Mon cher Christophe, vous voilà donc promis à me faire un billet sur vos relations avec les libraires et à me soumettre à votre tour une liste de cette collection.
    Mon bon Otto - et pas mon bonneteau, comme aimerait le dire G.W. - mettez-en autant que vous voulez, de 1 à 10 et prenez votre temps pour m'en envoyer les images. Cela déboule en rang serré dans ma oubemèlerie. A ce propos, je constate que certains titres se retrouveront d'un billet à l'autre. Tant mieux, nous pourrons faire quelques statistiques et voir quels ouvrages font des scores africains. Pour les maquettes de couv. nous somme bien d'accord. Il y a une forte identité de la collection ! Lorsque vous parlez de "Marque", vous voulez sans doute parler de maison d'édition, voire de collection. Comme par hasard, les noms que vous citez ne sont plus guère que des département d'Editis - peu importe, le nom change, la pratique reste - c'est à dire des bureaux dans un même groupe d'édition. Pas étonnant à terme que les politiques éditoriales et même les maquettes de couvertures se ressemblent...

    RépondreSupprimer
  5. Mais non, cher Tenancier, je suis certes cool en bars mais je n'aurais jamais osé un aussi piètre calembour ! (Ma liste de couvertures sera bientôt prête, orientée évolution des maquettes, justement).

    À l'attention spéciale d'Otto :
    Question maquettes, je ne cherche pas à quémander…

    RépondreSupprimer
  6. Survol de nuit, euh... presque 50 années de couvertures mine de rien, voilà qui est intéressant. Les deux dernières battent vraiment de l'aile : une sorte d'accélération vers le crash typographique.

    ArD

    Mon cherotto, votre Marque à vous, c'est... Désiré ? On vous attend.

    RépondreSupprimer
  7. Il est quand même amusant de remarquer que les deux couvertures pour Bernard Noël utilisent comme illustration le même "détail" du "Salomé" de Gustave Moreau : c'est à s'y tromper !

    Comme dirait Benjamin Péret : "Mort aux vaches et au champ d'honneur" !

    RépondreSupprimer
  8. On aimerait bien savoir d'où vient justement ce télescopage de couverture, car la maquette est en tout point semblable, hormis la couleur de fond.

    RépondreSupprimer
  9. Il y a un détail qui fait la différence : l'étole sur le bras gauche... et la police du logo 10-18 semble avoir changé.

    ArD

    RépondreSupprimer
  10. Bonne idée tout ça, c'est autorisé aux non-initiés?

    RépondreSupprimer
  11. N° 632/633 Boris Vian (Théâtre 2)entre autres, mais mon scan ne scanne plus, cette sale bête !

    RépondreSupprimer
  12. George : je l'ai comprite, celle-là !!!
    Tenancier, ArD : oui, je sais, le terme de "marque" peut sembler déplacé, mais pour moi il est tout à fait justifié en ce cas précis. Dans le sens où un nom qui prend un poids tel que ceux de ces éditions ou collections "fortes", cela devient une marque.

    Otto Naumme (ça aussi, c'est une marque ;-)

    RépondreSupprimer
  13. Mr.PM c'est ouvert à tous...
    CW, il va falloir faire quelque chose § Déjà que j'attends un texte de vous...
    Otto, on va finir par y arriver, avec vous. Nous sommes d'accord sur la notion de marque, même si ce vocabulaire nous rebute un peu.

    RépondreSupprimer
  14. ArD, je ne pense pas que la police ait changé, mais cela vibre un peu plus, à cause des couleurs... Bien vu pour l'étole. Faut que je change de lunette, moi...

    RépondreSupprimer
  15. Bizarre Otto, vous auriez donc une aisance particulière pour les contrepets sur des Q ?

    ArD

    RépondreSupprimer
  16. C'est un obsédé.

    En tout cas, tout cela me donne envie de rechercher des 10/18 de nouveau pour ma bibliothèque...

    RépondreSupprimer
  17. Cher Tenancier, j'agrée que le terme fleure bon son merchandisage à cinq pas. Mais c'est le monde dans lequel nous vivons qui veut ça. Et quand la "marque" peut se montrer synonyme de qualité pour l'amateur de livres, il ne manquera pas de se fier à ce repère, tant qu'il ne sera pas galvaudé.
    Quant à dire que "ça vibre", puis parler "d'étole", on se risquerait bien à penser que c'est une question d'étole ondulée. Mais cela demande vérification.
    Chère ArD, contrairement aux assertions sans fondement du Tenancier (s'agissant de Q, il ne pouvait en être autrement...), je n'ai pas d'aisance particulière pour un type de contrepet plus qu'un autre. Le premier que j'ai jamais compris est "il fait beau et chaud" qui, en plus d'être consternant, ne fait pas appel au Q. Quant à penser que j'ai trouvé celui-ci parce que je suis obsédé, si cela était le cas, je devrais comprendre 99 % des contrepets, soit la proportion de ceux, si j'ai bien suivi, qui font dans la grivoiserie.

    Otto Naumme

    RépondreSupprimer
  18. Chez l'ami Bohren aussi, l'étole y est…

    RépondreSupprimer
  19. @ ArD : je n'ai pas voulu "entrer dans le détail" de la reproduction du Salomé de Gustave Moreau, laissant chacun s'essayer au jeu des sept erreurs.

    Je m'étais juste demandé si le "gommage" du voile - laissons "l'étole"... au front de Raymond Roussel ! - sur la deuxième couverture du livre de Bernard Noël n'avait pas été effectué pour donner plus d'impact (vu le fond de couleur choisi) à la jolie personne représentée, la laissant ainsi apparaître plus dépouillée...

    Quant à la police des deux 10 x 18, leur ressemblance (police de proximité) est forte mais la deuxième paraît un tout petit peu plus maigre que la première.

    Au fait, Ard : vous écrivez sous le nom "Anonyme" et puis vous signez ArD. Ne vous faudrait-il point choisir entre ces deux détails ?

    RépondreSupprimer
  20. Il me semble hautement probable que c'est Bernard Noël lui-même qui a dû demander à ce que Pierre Bernard emploie la même illustration pour les deux volumes. Elle sera d'ailleurs également utilisée pour au moins un autre 10/18, le n°1494 (mais là, Remy de Gourmont n'a sans doute pas été consulté).

    @ Dominique : ArD s'est déjà expliquée voici quelques mois, sur cet anonymat signé, en déclarant rejoindre la position d'Otto (qui répondait à une question identique de ma part — mais je ne sais plus dans quel billet).

    RépondreSupprimer
  21. Cher Dominique H., ce cher George a raison, ça vient de moi, au départ.
    Pour résumer de manière très concentrée le pourquoi du comment : je ne suis pas Otto Naumme.

    Otto Naumme

    RépondreSupprimer
  22. Cela ne peut signifier selon Kant qu'une chose : vous êtes hétéro, Naumme !

    RépondreSupprimer
  23. Dominique, ainsi je dissocie le statut de la fonction.

    ArD

    RépondreSupprimer
  24. Chère ArD, j'admire votre éloquence, la façon sobre et ponctuelle avec laquelle vous exprimez votre pensée.

    En cherchant bien, et en faisant preuve d'indulgence, j'en dirai de même de vous, cher George ;-)

    Otto Naumme

    RépondreSupprimer

Les propos et opinions demeurent la propriété des personnes ayant rédigé les commentaires ainsi que les billets. Le Tenancier de ce blog ne saurait les réutiliser sans la permission de ces dites personnes. Les commentaires sont modérés a posteriori, cela signifie que le Tenancier se réserve la possibilité de supprimer des propos qui seraient hors des sujets de ce blog, ou ayant un contenu contraire à l'éthique ou à la "netiquette". Enfin, le Tenancier, après toutes ces raisons, ne peut que se montrer solidaire des propos qu'il a publiés. C'est bien fait pour lui.
Ah oui, au fait... Le Tenancier ne répondra plus aux commentaires anonymes. Prenez au moins un pseudo.

Donc, pensez à signer vos commentaires, merci !